Accueil > CR février 2020

CR février 2020

ECF Séance #11
le 6 février 2020

-* Episte

Certains articles demandent des mises à jour ou des prolongements. Les auteurs des articles peuvent accéder directement à la publication sur le site ou envoyer leurs fichiers à Rebecca.
Proposition de création d’une nouvelle section : « Regards sur… » (la recherche création), intégrant des lectures sensibles et des retours d’expériences. L’idée est de faire part d’avis personnels qui participent à l’identification d’une position collective sur la recherche-création, par rapport à des débats d’actualité.
Par exemple : lecture critique du dossier « Passe d’abord ton doctorat » de la revue L’Art même, sur les doctorats en art, numéro dirigé par Sandra Delacourt (https://www.scopalto.com/revue/l-art-meme).
Également : Pluta Izabella, Losco-Lena Mireille, « Pour une topographie de la recherche-création », Ligeia, 2015/1 (N° 137-140), p. 39-46. DOI : 10.3917/lige.137.0039.
Volonté de clarifier les positionnements académiques au regard de la recherche-création, de proposer un canevas aux étudiants. Intérêt de présenter la démarche comme production de savoirs, parlant à la communauté scientifique. Nécessité également d’offrir un guide précis pour les mémoires de recherche-création. Travail intéressant également pour fédérer les positions au sein de l’EUR et offrir un cadre commun aux différentes écoles impliquées dans le doctorat par le projet.
Appui également sur la charte de Toulouse, envoyée aux membres du CNU, et fédérant des intervenants de différents masters en création (Paris 8, Aix-Marseille, Cergy, Toulouse).
Violaine propose de partir de la charte pour développer ce cadre commun. A commenter individuellement à partir d’un brouillon framapad.
Discussion sur la distinction entre recherche-création littéraire et recherche-création artistique. A développer en tenant compte des options prises par les Canadiens dans le champ de la recherche-création, et de la spécificité en théories de la littérature que le groupe cherche à défendre.

Mention de deux enquêtes menées par AMarie : sur les usages du numérique en création et sur les représentations de la langue littéraire pour des étudiants en création. Les données vont être postées sur un onglet « enquêtes  » sur le site.

-* Colloque envisagé pour 2021

Première discussion pour l’élaboration d’un argumentaire autour du versant de la production dans le champ des études littéraires contemporaines.
Proposition d’articulation en trois volets : un premier théorique, prenant appui sur nos fiches critiques ; un deuxième didactique, sur l’accès au littéraire par la pratique en milieu numérique, avec la collaboration de la chaire canadienne de Nathalie Lacelle (Littératie Médiatique Multimodale) ; un troisième artistique, avec la contribution d’artistes numériques, sous le format de performances scéniques, en partenariat avec la Scène Points communs.

Échanges sur les études déjà menées sur la recherche-création liée au numérique, cf. Lionel Ruffel l’orientant vers une problématique éditoriale de libre diffusion ; François Bon distinguant l’attirance de ses étudiants en création (et de lui-même) pour la création sur supports videos. Le multimodal et l’hypertexte généralisé sont bien investis par les Sciences de l’Information et de la Communication, dans une optique de descriptions de pratiques plutôt lectorales. La question de l’impact de ces formats sur le processus de création est en revanche insuffisamment documentée. Les critères de littérarité sont également interrogés par l’expérience d’écriture en ligne.
Question de la spécificité de l’expérience littéraire comme expérience esthétique. Convocation des travaux de Schaeffer sur l’expérience esthétique. Allusion aux travaux récents sur la valeur (cf. n°25 de Modernités). Comment fonctionne la valeur indépendamment de la reconnaissance institutionnelle (publication, cooptation, etc.) ?
Retour des échanges sur l’encadrement des mémoires et thèses en recherche-création : passer du questionnement sur la valeur ou l’esthétique à un questionnement sur les procédés et le mode de fonctionnement.

  • Skype avec des chercheuses canadiennes du département d’Études littéraires de l’UQÀM
    Véronique Cnockaert, Denise Brassard, Cassie Bérald
    Échanges à propos d’un projet de double-diplomation en recherche-création (UQAM / CY). Des échanges ont déjà eu lieu entre AMarie et Véronique, pour la constitution d’un dossier avec l’aval des deux présidents d’université. Le projet invite à renforcer les liens entre les deux équipes et permet au groupe ECF de mieux connaître les formations canadiennes.

Échanges sur les modalités des formations. UQAM  : certificat en création littéraire ; baccalauréat (= licence), maîtrise et doctorat en études littéraires profil création. [Refonte actuelle des programmes]]. CY  : 3 certificats courts en écriture créative, 2 parcours de Diplôme Universitaire (formation continue) ; un parcours de master lettres ; deux doctorats (par le projet / Pratique et théorie de la création artistique et littéraire).

La comparaison des programmes et des maquettes de la maîtrise UQAM et du master CY conduit à reconnaître de nombreux points de convergence. Le projet de double-diplôme de même niveau conduirait une cohorte d’étudiants canadiens et français à suivre les deux formations en alternance, avec déplacement sur des semestres ou sur une année complète.
L’UQAM fonctionne en trimestres, Cergy fonctionne par semestres.
A l’UQAM : Les étudiants ont cinq activités à suivre. Un séminaire de méthodologie. Deux séminaires obligatoires d’approche du travail créateur. Un séminaire de recherche au choix. Un séminaire focalisé sur le dépôt des projets de mémoire (auprès d’un comité). Tout ça se fait (habituellement) sur une année. Chaque cours vaut trois crédits (quarante-cinq heures de cours). La deuxième année est entièrement consacrée à la rédaction du mémoire. Consigne minimale du mémoire : 60 pages recherche, 40 pages création.
A CY : Répartition des cours sur les quatre semestres, avec un tronc commun pour les deux parcours de lettres et des cours de spécialité (soit Littératures française et francophones, soit Métiers de l’écriture et création littéraire). Allègement au quatrième semestre pour la rédaction du mémoire. Mémoire classiquement à deux volets, minimum 100 pages.
Proximité entre les modalités des mémoires de l’UQAM et de Cergy.
Question de la détermination des incontournables pour chaque master pour établir le programme d’un double-diplôme. Les formations indispensables : le mémoire, le séminaire de méthodologie, un séminaire avec un écrivain et un séminaire de théorie littéraire. Importance des stages à Cergy (assistants d’édition, animateurs d’ateliers d’écriture, stages liés au web, à l’editing ; maisons de production ; relecture de scénarios).
La structure du double-diplôme faciliterait et homogénéiserait les parcours (par rapport au système actuel d’équivalences en cas d’échanges). Canevas de formation à concevoir en partenariat (prochaine étape prévue).

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.