Accueil > Comité de pilotage > Comptes-rendus de réunions > CR octobre 2019

CR octobre 2019

Réunion ECF
Séance #07 (16 Octobre 2019)
14h-16h30, salle des thèses

Présents  : Violaine Houdart-Merot, Chantal Lapeyre, Luc Dall’Armellina, Corinne Blanchaud, Jean-François Puff, AMarie Petitjean, Rebecca Scalese, Héloïse Brezillon, Cédric Citharel, Olivia Guérin (Aix Marseille Université), Nicole Biagioli (Université Côte d’Azur)
Étudiants de master : Camille de Sena Caires, Candice Lahary-Dorinet, Bastien Giscard, Manon Delpuech, Valérie Brustolin, Katarzyna Banaszek, Francine Tirano, Amandine Hmaou, Maeva Raspail
Professeurs invités : Anna Coral et Ricard Ripoll de l’Université Autonome de Barcelone

Première séance du groupe de recherche pour l’année universitaire 2019-2020

Tour de table et présentation des invités
Anna Corral Fullà (études théâtrales, expressions scéniques contemporaines) et Ricard Ripoll (littératures francophones, études oulipiennes et écrivain). Collaboration avec Chantal Lapeyre.
État des lieux des formations intégrant des ateliers d’écriture à l’Université Autonome de Barcelone, dans les départements de théâtre et de FLE. Constat d’une certaine résistance de l’université, mais dynamique à l’œuvre : création en cours d’une licence avec ateliers d’écriture.
Olivia Guérin, de l’AMU, (en visio) présente ses fonctions d’enseignante-chercheuse en linguistique : axe de recherche sur l’exploitation des compétences discursives dans les pratiques d’écriture créative et dans l’animation d’ateliers d’écriture ; interventions en ateliers d’écriture : L1 Sciences du langage à Paris 3 et DU « Formation à l’animation d’ateliers d’écriture » de l’AMU.
Cf. Fiches des chercheurs invités (avec réf. et liens biblio) : sur la carte du site episte.fr.
Rappel des objectifs de recherche ECF et du travail mené depuis un an.
Identité du groupe de recherche : ECF, contrat INEX de 24 mois de début octobre 2018 à fin septembre 2020, au titre de « projet émergent » = destiné à étudier les possibilités de prolongements d’une recherche collective porté par l’Université Paris Seine et à rayonnement international.
Son objet : réfléchir collectivement à l’étayage critique et théorique des travaux qui mobilisent la dimension créative des œuvres + périmètre de la recherche-création littéraire. Contexte : EUR « Humanités, Création, Patrimoine » ; perspective d’UMéRisation de l’axe « Créations » du laboratoire Agora.

Échéances sur les réponses à AAP
APP Open Research Area (ORA) : le dépôt prévu en septembre a été repoussé, tous les partenaires du consortium n’étant pas prêts. 3 partenaires : France, Royaume Uni, Canada.
Le projet est à amender et à préciser en attendant la prochaine campagne (ORA VII : en juin 2020).
Demande INEX : nécessité d’un dépôt à l’automne 2019. AAP ANR en cours d’étude.

Calendrier prévisionnel des manifestations auxquelles ECF est associé
-  Journée d’études : « Fictions documentées », le mercredi 25 mars 2020, en partenariat avec la Nouvelle Scène Nationale de Cergy, rebaptisée « Points Communs ». Deuxième volet de cette manifestation (le 1er volet a eu lieu le 20/03/19), sur la question des procédés de création artistique liés à une opération de documentation intégrée à l’œuvre. La journée d’études associe chercheurs, doctorants et artistes, et alterne communications individuelles, table ronde et entretiens. Ce 2e volet sera consacré cette fois aux créatrices.
-  Colloque international « Claude Pélieu », porté par Peggy Pacini, Frank Rynne et James Horton, du 10 au12 juin 2020, à l’University of Chicago Center Paris et à l’Université de Cergy-Pontoise. Extrait de l’argumentaire : « Il vise à redonner une place à une figure de la création littéraire et artistique transatlantique au confluent de différents mouvements avant-gardistes et contre-culturels, Claude Pélieu, français exilé aux États-Unis, traducteur français de certains membres de la Beat Generation et affiliés (Burroughs, Ginsberg, Kaufman, Ferlinghetti, Ed Sanders), poète-collagiste libertaire, dont l’œuvre polymorphe puise tant dans l’héritage surréaliste et dadaïste que dans les cut-ups de William S. Burroughs et Brion Gysin. » Alternance de communications et d’ateliers d’écriture (Écrivains invités pressentis : Lucien Suel, Bruno Sourdin, Charles Plymell, Michel Bulteau, Jacques Donguy, Thierry Tillier, Jurgen Ploog). Participation prévue des étudiants du master de création.
-  Colloque sur les écrivains traducteurs avec Yannicke Chupin, Peggy Blin-Cordon et Peggy Pacini : argumentaire en cours de construction. Orientations envisagées dans le pré-argumentaire : 1. L’empreinte créatrice : L’autorité (authority/authorship) créative du traducteur-écrivain ; 2. La traduction comme maïeutique de la création / Processus créatifs de traduction ; 3. L’autotraduction - réécriture ; 4. Représentations du traducteur écrivain l’œuvre littéraire/ les traductions en contexte de fiction ou de métafiction ; 5. Poète-écrivain-traducteur : la traduction comme ouverture du champ des possibles. A programmer rapidement.
-  Journée d’étude « Écriture(s) & Soin(s) » en partenariat avec la SGDL, date prévue : 20 juin 2020. Journée portée par AMarie Petitjean et Sylvie Brodziak, et en lien avec un groupe de travail associant médecins, chercheurs et écrivains dirigé par Mathieu Simonet à la SGDL (lien entre écriture et médecine, tournant épistémique dans la littérature contemporaine vue comme pharmakon). Extrait du pré-argumentaire : « Le déplacement opéré dans le domaine des lettres par la recherche-création rejoint le constat d’une littérature contemporaine de plus en plus sensible aux effets d’une « transitivité » en prise sur le monde extérieur. « Je défendrai ici l’idée que le début du XXIe siècle a vu l’émergence d’une conception que je qualifierai de “thérapeutique” de l’écriture et de la lecture, celle d’une littérature qui guérit, qui soigne, qui aide, ou, du moins, qui “fait du bien” », annonce Alexandre Gefen en introduction de son essai Réparer le monde (Corti, 2017). Cette perspective invite à dépasser la seule considération des discours critiques ou théoriques tenus sur la littérature et la création contemporaine et sollicite d’examiner les points de convergence possibles avec des pratiques référées dans d’autres traditions, comme celle des ateliers d’écriture ou celle de la Médecine Narrative. »

Point sur le site « episte »
Site episte.fr : appui envisagé sur hyotheses.org : open edition + statut académique pour les LSH (possibilité au titre de « carnet de recherche »).
Volonté réaffirmée de concevoir le site comme espace de dialogue et proposition de repères, pour la conception de la recherche-création littéraire, susceptibles d’évoluer.
Question de la mise en ligne prochaine de vidéos de master classes d’écrivains + extraits enregistrés du colloque de décembre 2018.
Présentation de la carte en ligne (http://episte.fr/spip.php?rubrique2), rassemblant 38 fiches des membres ECF et 16 liens vers des programmes de formation universitaire. Renvoi vers d’autres sites de référencement de la recherche-création : ex. de http://cherchezcreez.org de Marc André Brouillette (professeur-poète à l’UQAM).
L’organisation de la carte est une manière de modéliser ce que l’on entend par « recherche-création ». Navigation requérant de cliquer sur les encadrés pour connaître le périmètre de chaque chercheur, chaque cursus. Pour la constitution des fiches, il est demandé aux membres ECF de délimiter dans leur fiche ce qu’ils considèrent comme pertinent, en particulier dans l’ensemble de leurs publications.
Discussion sur la répartition des membres ECF en 3 sections :
-  Chercheurs et professeurs en écriture créative (les fiches comportent des références directement en rapport avec la recherche)
-  Personnes ressources (les fiches comportent des références utilisables dans les travaux en recherche-création littéraire, mais sans articulation explicite)
-  Membres associés (les fiches mentionnent une activité d’animation d’atelier d’écriture, une formation diplômante en écriture créative, etc.)
Volonté de ne pas dissocier les statuts par la mention « écrivains », d’accepter le cumul de statuts (écrivain + chercheur…), mais les écrivains appelés dans les cursus en résidence, par exemple, n’apparaissent plus que comme « membres associés », ce qui est problématique… + la mention de « personnes ressources » est ambiguë. Proposition : ajouter la catégorie « écrivains intervenant en secteur universitaire » ou suppression des icônes individualisées sur la carte ("juste des points" avec des icônes dans la liste).
Erreur de lien à corriger : AMU, lien Paris 8.
Discussion sur les fiches critiques et l’intérêt que représenterait la liste des ouvrages essentiels (théoriques ou critiques) qui font partie du champ. A constituer à partir des bibliographies déjà établies (cf. Pratiques d’écriture littéraire à l’université).

Comptes rendus envisagés (en prévoyant un format court) :
• Erin Manning et Brian Massumi, Pensée en Acte, Vingt propositions pour la recherche-création, postface de Yves Citton, les Presses du réel, 2018.
• Serge Martin, L’impératif de la voix, de Paul Eluard à Jacques Ancet, Classiques Garnier, 2019.
+ actualité de la parution du Codicille à la Querelle des Anciens et des Modernes, chez L’Harmattan.

• Parole à Violaine Houdart-Merot
Ces recherches au sein d’ECF paraissent centrales en ce qui concerne la réflexion pour l’UMR à venir. Pour l’instant on travaille dans le cadre de l’axe création d’AGORA, mais il est possible de pencher vers une UMR Culture, Création et Patrimoine.
Peut-être une ou deux réunions sur le sujet (le projet doit se construire dans les quatre mois).
Par ailleurs : il y a bientôt la soutenance de thèse de Virginie Gautier (première thèse de recherche-création de l’université). 19 Novembre 2019, 9h30 le matin.
Rubrique potentielle sur les thèses. Discussion sur l’inclusion de notes de lecture ; résumé officiel et fiche de lecture (non-institutionnels).
Autre point : constitution d’un ensemble arts poétiques (sens large), exploité entre autres dans Codicille à la querelle des anciens et des modernes. Tout ce dans quoi un écrivain dit ce qu’il pense de ses processus d’écriture (et leur diversité). Volonté de recensement, y compris à l’extérieur du français/francophone. Intérêt pour les mises en récit des processus d’écriture.
Cf. livre de Philippe Ross sur l’écriture.
Enfin, concernant ORA : réflexion sur le devenir professionnel des étudiants de master. Idée inspirée du DU d’Aix : tous les anciens du DU constituent un réseau, et dans ce réseau les anciens donnent des nouvelles de leur devenir et de ce qu’ils font.
Discussion : Possibilité d’un forum semi-privé sur le site. Enquêtes de suivi à concevoir, éventuellement en intégrant du son. Les étudiants présents suggèrent d’organiser un pôle journalistique dans lequel ils pourraient communiquer avec les anciens et les médiatiser. Souhait d’une expérience professionnalisante pouvant conduire aux métiers du journalisme.

• Parole à Chantal Lapeyre
Retour sur les enjeux et les modalités de composition des fiches : elles ne sont pas confinées au site, mais ont aussi vocation à être des outils/supports de travail (exemple : processus/protocoles de création : point d’appui fort pour le travail du séminaire doctoral). De manière générale, les fiches méritent de mettre en exergue un travail « en chantier » sans figer les notions. Plan classique : description et problématisation. Question de la place de la poïétique par rapport à la création, aux processus de création et à l’esthétique. La poïétique d’un créateur invite à la caractérisation et délimitation d’enjeux poïétiques et esthétiques associés à des champs littéraires et artistiques.
De plus en plus de doctorants sont - en apparence au moins - hors du champ purement littéraire, ce qui implique que les questionnements s’appliquent à l’ensemble des textualités de la période contemporaine. Substitution de la littérarité par la textualité, terme plus large et englobant (élargissement de focale). Jeu sur les textualités, qui se fabriquent à travers des zones d’interférence (Théorie du texte, Barthes). Le terme même "écriture créative" ne confine pas au littéraire, et interroge les normes du littéraire. Il faut réfléchir à ce qui fait texte, à la création littéraire hors du livre.
Entretiens potentiels avec des écrivains par des étudiants ou doctorants, au sujet de leur « art poïétique ».

• Parole à Corinne Blanchaud
Pour clarifier la nature et l’usage de la "fiche" (terme ambigu), proposition de cadrage :

Présentation d’un exemple, à partir de AGAMBEN, Giorgio, Création et anarchie : L’œuvre à l’âge de la religion capitaliste, traduction de Creazione e anarchia , L’opera nell’età della religione capitalistica, Paris, Payot & Rivages, « Bibliothèque Rivages », 2019 (144 p.). ISBN 978-2-7436-4578-6 : 14 EUR EAN 9782743645786 » :

Discussion
Ambitieusement : regards croisés sur les fiches.
Remarque issue d’expériences de recherche de Nicole Biagioli :
Question du choix entre un répertoire de notions et un répertoire des pratiques de discours par rapport à des notions qui peuvent être polysémiques, en fonction des champs disciplinaires ou scientifiques. Dictionnaire polyphonique ? Utilité d’identifier des glissements de contexte (notion définie dans un domaine, utilisée dans l’autre par un chercheur-créateur). Exemple de la notion de rythme. Impact de sa polysémie dans le cadre de la création.
Répartition envisagée pour les fiches : « regard sur » (= un objet) / « rencontre avec » (un.e créateur.rice) / notions théoriques.

• Parole à Luc Dall’Armellina
Pour conforter la proposition de Corinne : exemple de notes pour une présentation d’œuvre (canevas pour les étudiants du master de médiation culturelle de l’UCP)

+ lien vers site de collèges en arts :
https://arkaomuse.wordpress.com/

• Parole à Nicole Biagioli
Présentation rapide de ses travaux dans le champ de l’écriture créative et la didactique de l’écriture littéraire (cf. fiche episte sur la carte générale), cf. numéro qui fait date dans la revue Le français aujourd’hui (n°127 « Écritures créatives »). Atelier d’écriture littéraire et enseignement du FLE en milieu universitaire. Travaux de longue date autour de Jean Ricardou (revue Pratiques). Axe de recherche sur l’écriture créative en médiation : travail sur les discours des artistes contemporains, des jeunes, des enseignants en visites de musées, des médiateurs de musée. Également travaux actuels en lien avec la Médecine narrative. Laboratoire : centre de recherche transdisciplinaire en épistémologie de la littérature et des arts vivants (CTEL – université de Côte d’Azur).

• Parole aux professeurs de Barcelone
Question de Ricard Ripoll sur l’analogie des travaux d’ECF avec le travail de théorisation de Jean Ricardou (la Textique). Réponses sur l’ambition de théorisation d’un champ nouveau. Pas de reprise de la Textique, même si intérêt d’un regard renseigné sur les travaux antérieurs de théorisation de la production écrite. Présence d’AMarie et de Nicole au dernier séminaire ricardolien à Cerisy (« Écrire pour inventer », août 2019 https://cerisy-colloques.fr/jeanricardou2019/).
Proposition de collaboration pour la mise en place du colloque prévu sur les écrivains traducteurs et les traducteurs écrivains. Partenariat possible avec le Pen Club de Barcelone (Pen Club Catalan). Déplacement envisageable à Barcelone, par exemple fin septembre de l’année du colloque (au moment de la journée internationale de la traduction).

La séance se conclut sur ces perspectives de collaboration, à étudier avec Yannicke Chupin, Peggy Blin-Cordon et Peggy Pacini.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.