Accueil > Comité de pilotage > Comptes-rendus de réunions > CR décembre 2018

CR décembre 2018

Réunion ECF
Séance #02 (6 Décembre 2018)
16h-18H30, Chênes 2, Salle 130

Secrétaire de séance : Rebecca Scalese
- Présents
Luisa Ballesteros Rosas, Corinne Blanchot, Peggy Blin-Cordon, Sylvie Brodziak, Yannicke Chupin, Luc Dall’Armellina, Virginie Gautier, Violaine Houdart-Merot, Céline Lafon, Chantal Lapeyre, Peggy Pacini, AMarie Petitjean, Rebecca Scalese
Excusés : Pierre-Louis Fort, Sarah Delale, Adèle Godefroy, Alexis Dusseaux, Camille Joviado, Philippe Aspord
Invité : Zakarya Després (IDHN, ingénieur d’études)

-  Tour de table de présentation
-  Assistante de recherche
Recrutement de Rebecca Scalese (contrat de janvier 2019 à septembre 2020). Doctorante en création littéraire (2e année), excellentes compétences informatiques, maîtrise de l’anglais. Mission d’aide au développement du projet, en particulier pour le déploiement du site et le secrétariat de séances. Contact : kalista.ark@gmail.com.
-  Le site
Élaboration en cours, avec l’aide de l’Institut des Humanités Numériques. Conseil apporté par Zakarya Després, en fonction de l’architecture envisagée par l’équipe (concertation sur les différentes sections). Travail conjoint avec Rebecca. Hébergement du site par l’ENSEA. Prix approximatif : 30 euros par an. Importance de la détermination du nom de domaine, à fixer rapidement.
Axe veille
• Calendrier, archives.
• Fiches / chroniques d’ouvrages et de publications. Par exemple, livre récent de Violaine, article récent de Jean-Marie Schaeffer, thèse de Charles Coustille (Antithèses, Gallimard).
• Discussion sur l’emplacement des chroniques (veille ou documentation). Possibilité de creuser la bibliographie.
Mailing list. Renouvellement des listes, contact avec les anciennes mailing lists.
Discussion sur l’ouverture (ou non) aux autres arts. Intérêt du focus sur l’écriture parce que l’art a déjà ses parts de recherche par ailleurs. Spécificité à défendre de la recherche-création littéraire.
Axe cartographie
Inclut les fiches de membres des chercheurs et les répartit sur une carte. Chercheurs, écrivains qui enseignent.
Fiches sur les textes ? Cf. NT2 / Répertoire ALN (arts et littératures numériques). Inclusion d’oeuvres créatives produites dans les cursus ? liens possibles à condition que les personnes ajoutant des œuvres fassent le fichage ou les intègrent à leurs fiches de membres.
Axe documentation
Idées potentielles :
• Archiver des mémoires (et thèses). ETIS peut nous proposer des hébergements ; nous devons faire un travail de sélection (ce travail prendra évidemment du temps).
Archives de manifestations (enregistrements de colloques par exemple). Nécessite un travail de montage. (Cf. colloque de 2015 à l’ENSAPC.)
Axe outils critiques
Bibliographie préliminaire (partage sur la Dropbox). Inventaire d’outils.
-  Inventaire des entrées critiques
Présentation orale des fiches à poster sur la Dropbox.
Violaine - Réflexivité
Jean-Marie Schaeffer, « Esthétique spéculative et hypothèses sur la réflexivité en
art », dans Littérature, modernité, réflexivité, dir. Jean Bessière et
Manfred Schmeling, Champion, 2002, pp. 15-27.
Cf. également synthèse + article Fabula.
Lien avec le "Connais-toi toi-même" de Socrate ; histoire du terme de la réflexivité (utilisation métaphorique du terme d’optique ; menant à la métafiction). Naissance de la notion à l’époque romantique, et les traces de cette origine sont encore présentes dans la plupart des types actuels de la réflexivité.
Cinq types de réflexivité selon Schaeffer : Fonctionnelle (idée romantique qu’une œuvre a sa propre fonction) ; Critique (Don Quichotte, roman du roman ; abolition de la frontière entre critique et création ; postulat de la critique réflexive en acte de l’art / de l’écriture) ; Transcendentalisante (sens kantien ; discours thématisant ses conditions de réflexivité) ; Spéculaire (récursivité infinie du mouvement réflexif) ; Déconstructrice (ironie quant aux mécanismes de la pratique artistique, médiation entre enthousiasme et scepticisme).
En sociologie : démarche méthodologique en sciences sociales consistant à appliquer les outils de l’analyse à son propre travail ou à sa propre réflexion, d’intégrer sa propre personne dans son sujet d’étude.
Distinction d’éléments :
• Statut général prêté à toute œuvre littéraire (l’art contient toujours la critique en acte de lui-même).
• Procédés d’écriture pouvant être spécifiques à telle ou telle œuvre (métafiction, mise en abîme, métalepse, etc.).
Méthodologie de la recherche dans les mémoires de recherche-création. Violaine et Virginie ont rencontré Louis-Claude PAQUIN (UQAM) : cf. son site. Ajout d’un mot-clé à ce qui nous intéresse : éthique de l’accompagnement. Regard sur le processus, et sur le travail achevé. Ébauche de plan de travail :
1. Quels enjeux ?
2. Quels risques ?
3. Quelles limites ?
4. Quels écueils ?
5. Quelle méthodologie ?
décomposition de l’action :
• Prise de conscience
• Explicitation
• Justification
• Confrontation
• Analyse
• Auto-évaluation
• Action et modélisation
Cf. Le praticien réflexif, D. Schön. Echo avec la pédagogie actionnelle ; maïeutique platonicienne. Non-linéarité de la (recherche-)création littéraire : spécificité du processus suscité. Focus plutôt sur le processus que sur l’œuvre finie.
Chantal - Processus protocoles
Distinction des deux termes. Processus : suite de faits présentant une régularité dans leur déroulement ; organisation d’actions en vue d’un résultat spécifique.
Protocole : ensemble de règles utilisées par un artiste pour réaliser une œuvre ou une action. Mode d’emploi, feuille de route, etc..
Nombreuses recherches sur les processus de création ; à poursuivre ici. Le protocole, pour sa part, relève plutôt de la stratégie spécifique mise en place par le créateur (il existe des processus sans protocoles).
Dispositif : cf. Agamben, Qu’est-ce qu’un dispositif ?, 2007, Rivages.
Contrainte : associée plutôt à la notion de protocole.
Notion également de montage (O. Rosenthal va probablement nous en parler le 20 Mars, journée « Fictions documentées »).
• Approche descriptive (description des composantes du processus).
• Critique / approche génétique. Cf. Sur le désir de se jeter à l’eau, P. Quignard, I. Fenoglio.
• Pensée du temps. Cf. Faire l’art. Analyse sociologique des processus de création artistique.
• Sociabilités, auctorialités.
Processus, protocole : trajectoire non-rectiligne allant vers un objet, médiatisée par une envie. Lien occasionnel à la psychanalyse (rêverie non-interrompue pour le créateur).
Corinne - Critique génétique
Idée de modélisation du processus de création.
Cf. Daniel Ferrer, texte sur la génétique dans L’œuvre comme processus Pierre-Marc DE BIASI et Anne HERSCHBERG PIERROT, CNRS Éditions, 2017. Il part de l’idée de l’œuvre aboutie, en l’envisageant comme processus continu.
Axes :
• Battement (intervalle entre les données, éléments de l’œuvre). L’amplitude des battements varie beaucoup et n’est pas forcément identifiable.
• Linéartié ou plutôt alinéarité du processus de création. Simultanéité.
• Attachement à des éléments antérieurs et postérieurs à l’oeuvre observée (l’oeuvre inclut son au-delà temporel). Planification de l’oeuvre en différentes étapes - la publication est l’ordre instantané d’un chaos, mais pas forcément son état final).
• Oeuvre globale (ensemble de tous les textes, y compris les textes publiés). Appréhension par des différences dans les données présentes (différences plastiques plutôt que chronologiques). Etapes de l’oeuvre.
• "L’auteur qui se relit et se corrige n’est pas tout à fait le même que celui qui a écrit." — Daniel Ferrer. Cependant, l’auteur pour nous n’a pas changé (c’est le même auteur à tout instant de la chronologie de l’oeuvre - simultanéité). Interrogation sur les limites imposées par les formes de la narration (tellability).
• Ecart par rapport à la notion d’avant-texte. Réalité multiforme : l’ensemble de tout ce qui constitue l’oeuvre ("carrière, travail de l’écrivain").
• Question de la limite (question de Saint-Antoine, Flaubert). Question de traces - lignes de forces dans l’oeuvre qui mènent à son extérieur (à une autre carrière).
Problème méthodologique : percevoir l’oeuvre globale est difficile (les limites tendent à être délimitées a posteriori). Emphase sur "réalités multiformes".
Intervention de Sylvie : importance des perturbations extrinsèques, des interférences (rôle des éditeurs, des conversations, etc.). Le texte n’est pas travaillé que par les auteurs. Echo avec les sociabilités de Chantal.
AMarie - Question de modélisation
Importance des temporalités pour rendre compte des processus de création, déconstruction de l’idée de linéarité. Rebond sur "planification plastique" - s’empêcher de penser par étapes. Préservation de l’idée de dynamique.
Idée de posture (cf. la citation de Ferrer sur les auteurs changeants). QUIGNARD parle également des questions de posture (chez lui, l’écrivain a du mal à occuper les deux postures).
Notion d’auteur en sociologie - en particulier, évolution de la notion vers le collectif (création collective). Rôle du lieu (Sylvie) ; conditionnement artistique. Lieu comme lieu de création ; fonction auctoriale du lieu. Littérature contextuelle (Virginie), réaction au chaos - vidéo de Pierre TAL COAT, "Ces oeuvres qui sont là sont en attente.".
Yannicke - Traduction-création
Pistes :
• Part d’intervention créatrice en traduction (interstices).
• L’intraduisibilité et la création, rôle de la créativité pour combler l’intraduisible. Autorité créative du traducteur (auctorialité), émancipation créative de l’auteur. Cf. Proust, Pastiches ; traductions de Ruskin également.
• Théorisation de la traduction dans l’oeuvre littéraire ; figures de traducteurs dans les oeuvres de fiction.
• Réflexion sur les écrivains traducteurs (colloque à venir).
Luisa - Ecritures plurielles
Ecritures plurielles littérature-arts (cinéma, bande-dessinée, photographie, musique, etc.).
Beaucoup d’auteurs mais pas énormément de théoriciens sur l’écriture plurielle.
Ecriture plurielle entre psychologie et histoire, entre histoire et littérature...
Fiction historique ; hybridité.
Peggy Pacini - Performance
Ecriture de la performance (s’il y a écriture - la performance peut aussi être une création perpétuelle). La performance accepte le jeu entre acteurs (auteur, lieu, public, etc.), ce qui force la présence de l’improvisation.
Ecriture de l’objet performé ; chorégraphie de l’écriture. Ecriture plus ou moins ouverte (des indications vagues à la quasi-partition musicale).
Quelles théories peuvent servir comme modèles de recherche-création ? Quels outils méthodologiques peuvent en être extraits ?
La création d’une performance impose de s’interroger sur le cadre de la création, sur les lieux, sur les éléments verbaux, non-verbaux...
PAQUIN s’intéresse à la performativité (Virginie distingue performance et, par exemple, lecture de texte non-performée.).
Peggy Blin-Cordon - Formats
Format comme un paradoxe : contrainte et espace de liberté. PEREC : "Au fond, je vous donne des règles pour être totalement libres."
Friction entre formats et création.
• Format générique, éditorial ; contrainte assumée ou non, imposée ou non.
• Format stimulant, ouvrant des possibilités créatives. Façons dont le format est lu.
(Sens de la) matérialité du texte, émergence des nouveaux moyens de création et d’expression. La création s’adapte au format, par exemple en ce qui concerne le nombre de signes, la présence d’éléments péri-textuels, la manière de lire.
Questionnement de la frontière entre littérature noble et littérature populaire.
La médiation (le format) peut aller jusqu’à agir sur, voire produire le sens du texte. Exemple emblématique des Mystères de Paris.
Problème de la vitesse de production (exemple des mangaka, Sylvie). Influence également des découpes (publications sérielles, par exemple - également les manga). Tweet-fiction.
-  Prochaines séances
• Doodle à lancer
• Dates à retenir : le 20 Mars (JE « Fictions documentées ») et le 6 Février (séminaire Axe Créations d’Agora).

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.