Accueil > Comité de pilotage > Comptes-rendus de réunions > CR avril 2019

CR avril 2019

Réunion ECF
Séance #12 (29 Avril 2020)
Séance en visio par l’application Microsoft TEAMS (équipe « ECF »)

Ont réussi à rejoindre la visio  : Luc Dall’Armellina, Violaine Houdart-Merot, Rebecca Scalese, Chantal Lapeyre, Elise Hugueny-Léger, Adèle Godefroy, Adrien Chapel, Virginie Gautier, AMarie Petitjean, Corinne Blanchaud (en audio).

AMP apporte quelques précisions sur les perspectives pour ECF :
ECF, qui doit servir de tremplin pour des réponses à AAP, s’arrête en principe le 24 septembre 2020.
Une demande va être adressée à l’IEA pour le prolongement d’un an du groupe de recherche, pour cause de confinement, ne permettant pas de faire venir les collègues étrangers. C’est le cas non seulement des collègues écossaises et canadiennes, mais également des allemandes contactées par Corinne Blanchaud (réponse favorable pour s’associer à ORA). Nous attendons l’ouverture de l’AAP ORA VII (pas encore annoncé, selon le service de la recherche). Corinne fera un point sur ses contacts à la prochaine réunion.

Le budget non consommé : à peu près 7000 euros en dépenses de fonctionnement, nous permet de penser à des postes de dépenses supplémentaires.
AMarie Petitjean présente 2 options : la programmation d’un colloque ECF dans la foulée du colloque sur l’enseignement de la littérature avec le numérique prévu pour les 11 et 12 mai 2021 – donc 13 et 14 mai 2021 ; ou un projet éditorial reprenant le travail publié sur le site : les entrées critiques + les fiches écrivains-chercheurs, sous la forme d’un « répertoire de grandes notions pour la recherche-création littéraire ».
Chantal Lapeyre questionne l’axe précis du colloque. Violaine Houdart-Merot suggère de relier les deux en concevant le colloque comme communications des fiches du répertoire programmé.

Travail collectif autour de la notion de recherche-création littéraire  :
Présentation par Violaine du texte posté dans l’onglet « fichiers » du groupe sur Teams.

Échanges : Luc Dall’Armellina, Adèle Godefroy et Virginie Gautier interrogent la place réservée à la méthodologie des écoles d’arts, très intéressante pour notre projet. Luc parle du travail déjà mené par les plasticiens en soulignant l’intérêt de l’enquête pour une démarche de recherche-création. Adèle Virginie rappelle les repères méthodologiques déjà formalisés par les Canadiens et mentionne le workshop à l’ENSAPC d’il y a quelques années (terreau potentiellement fertile pour extraire des points de méthodologie).
Il est décidé de leur confier la description de cette approche pour l’intégrer au document. Violaine précise que le paragraphe sur la méthodologie reste à rédiger. AMarie souligne la dimension littéraire donnée à la recherche-création pour ECF, contrairement à l’approche canadienne : suppose une utilisation du matériau verbal. Adèle interroge le choix d’une méthodologie par enquête, supposant de quitter l’intime. AMarie propose d’énumérer des méthodologies tout en laissant la liste ouverte. A la méthodologie de l’enquête, éventuellement sociologique, s’ajoute en particulier la possibilité d’une approche par analyse de corpus littéraires, à ne pas négliger. Violaine décrit deux démarches : ceux qui partent de la création et vont vers la recherche ; ceux qui partent de la recherche et vont vers la création.
Luc interroge le fameux « état de l’art » requis académiquement et souligne tout l’intérêt d’une approche méthodologique également créative, idée d’inventer sa méthodologie en fonction de son objet, la méthodologie comme création. Consensus sur l’ouverture des choix méthodologiques et la possibilité d’une création également de sa méthode d’investigation. Chantal met en valeur l’importance des savoirs produits par la thèse. La méthode et surtout l’articulation entre les trois dimensions de la thèse en font partie. Adrien Chapel met en valeur la perspective d’une telle articulation à déterminer pour le doctorant en création, en fonction de son projet propre. Est-ce que trouver sa méthodologie n’est pas l’objet de la thèse ? Ou une condition ? La réussite de la thèse implique (en fin de processus) de trouver en soi l’aspect singulier de la méthodologie. Chantal parle d’une méthodologie créée chemin faisant. Le savoir est polyscientifique (touche à plusieurs strates de savoir, entre autres le procédural, le technique, etc.), pour l’atteinte d’une connaissance plus ferme de l’œuvre. Cette connaissance est envisagée comme l’apport de la thèse, à transmettre à la communauté, d’après Violaine qui invite chacun à apporter sa contribution au document en construction.

Il est convenu que chacun apporte sa contribution sur le document partagé, en fonction de ses disponibilités. Nous referons le point collectivement à la prochaine réunion du 13 mai, sans finaliser encore le document. + Bibliographie à compléter ; Violaine invite ceux qui le peuvent à la commenter en quelques lignes, pour expliquer en quoi ces titres concernent le sujet. La biblio est riche en documents anglais (creative writing) et en textes issus du Québec (qui a inventé la notion de recherche création).

AMarie signale les changements sur episte.fr :
-  Dans l’onglet « cartographie », la liste des membres et des pays (fiches à compléter).

-  Nouvelle rubrique « comité de pilotage » avec les compte-rendus de réunions, accessibles sur login

-  Rubrique « Enquêtes » : but = tester la manière de mener des enquêtes à large échelle, pour alimenter la réflexion méthodologique.

-  Rubrique « Écume des cours » : la période de confinement incite à proposer un écho des textes produits pendant les cours d’écriture créative durant cette période (en substitution en particulier du festival des écritures créatives qui n’aura pas lieu cette année). Textes pressentis : AMarie pour les M1 sur les utopies (avec l’École Estienne), Luc pour les M2en création. Adèle propose les textes du DU ECMR et Virginie envisage plusieurs séries de textes avec ses étudiants.
Il est convenu d’un cadre de présentation commun (contexte de production, cursus, nombre d’étudiants, inducteur, textes lus, etc.).

Rebecca fait le point sur les rédacteurs qui peuvent alimenter le site episte (envoi d’un mail à chacun à l’issue de la réunion). Le site reste à disposition pour des fiches « entrées critiques », « veille », « écrivains-chercheurs », en particulier dans la perspective du répertoire (colloque et publication).

Prochaines dates de réunion (sur ZOOM, après consultation d’episte.fr) :
Mercredi 13 mai à 16h
Mardi 16 juin à 14h

Merci à toutes et tous et bon confinement. Portez-vous bien !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.