Accueil > Comité de pilotage > Comptes-rendus de réunions > CR septembre 2018

CR septembre 2018

Réunion ECF
27 septembre 2018
Université de Cergy-Pontoise
16h-18H30. Chênes 2. Salle 214

Secrétaire de séance : Yannicke Chupin. Présents : 16 présents, 4 excusés

Présentations
- Chantal LAPEYRE : PR en littérature
- Pierre-Louis FORT : MCF (ESPE et LSH) / D.U d’écriture créative
- Sarah DELALE : Docteur Littérature médiévale (Sorbonne)
- Luisa BALLESTEROS ROSAS : MCF litt. et civ. Am. Latine – poésie
- Adèle GODEFFROY – doctorante contractuelle P3 (écriture, littérature et image photographie)
- Sylvie BRODZIAK : PR littératures française et francophone et histoire des idées
- Violaine HOUDART-MEROT : PR en littérature
- REBECCA SCALESE : Thèse en recherche et créations/ motifs narratifs et révolution
- Alexis DUSSEAUX : Doctorant 2ème année création littéraire/
Document/homosexualité
- Camille JOVIADO : Doctorant 2ème année création littéraire : documentaire : l collectif, réintroduction du lynx dans les Vosges
- Philippe ASPORD : Master soutenu métiers de l’écriture et de la création littéraire.
- Corinne BLANCHAUD : MCF littérature française et francophone
- Peggy PACINI : MCF Litt. US – UFR LEI – Beat Generation . Francophonie.
Performance
- Peggy BLIN-CORDON : MCF Litt Brit 19ème – Format-questions éditoriales.
- Yannicke CHUPIN : MCF Litt US 20-21ème- écriture réflexive- objet-livre.
- AMarie PETITJEAN : MCF littérature, écriture créative. Porteur du projet.

Objectifs/ perspectives du projet ECF
Où se situe le discours de la recherche création ?
La dimension internationale est fortement marquée dans ce projet (distinction entre l’orientation plutôt professionnelle aux EU – et plus artistique au Canada)

=> quelles sont les spécificités du discours français ?
La tradition des ateliers d’écriture à la française touche d’autres publics et repose aussi sur l’exploitation des théories littéraires
L’un des objectifs est d’essayer de construire un outillage méthodologique : ex : comment guider des doctorants/ étudiants de master en recherche création ?
Le projet repose sur un calendrier s’étalent sur 2 ans (fin : 24/09/2020) et menant à la rédaction d’un projet A.N.R.

Les perspectives sont les suivantes :
Organisation : Colloque du 13 et 14 décembre coordonné par Violaine Houdart-Merot & AMarie Petitjean (SGL : 13 décembre et Amphithéâtre Simone Weil le 14 décembre).
« Recherche et création littéraire : quelles perspectives de dialogue international ? » représentants français des masters de création mais également des chercheurs/créateurs/ américains, suisses, québécois, grecs, brésiliens etc.

=> Constitution d’un site dont les objectifs sont les suivants :
- 1. veille des manifestations et publications qui ont à voir avec l’écriture créative. (cf. précédentes lettres du réseau et ébauche du site ÉCRU)
- 2. Cartographie des cursus et chercheurs dans le champ :
o Les cursus français ont déjà été répertoriés par Violaine Houdart-Merot et AMarie Petitjean et l’on se propose de référencer également les cursus canadiens et américains
o Quelles méthodes envisager pour cette cartographie ? => Faut-il prendre comme point de départ les chercheurs ou les institutions académiques ? Peut-on structurer le site par rapport à une carte géographique ? Ou structurer par « membres » avec création de plusieurs statuts (chercheur, etc.) ? La carte ne semble pas exclure la création de fiches membres par secteurs géographiques.
o AM Petitjean propose d’envoyer un projet de « fiche de chercheur » à compléter par chacun (sur Dropbox)
Nota Bene : le site va migrer vers l’Institut des Humanités Numériques et bénéficiera de l’appui d’un ingénieur de recherche. Recrutement prévu d’une personne dédiée à la maintenance du site (fiche de poste à rédiger).
- 3. Documenter la recherche création : constituer un pôle d’outils critiques
Un travail préalable de la définition de la notion : « Recherche-création » s ‘impose. Cf. travaux de Claude Paquin au Canada…
4. Archivage de tous les mémoires de master et thèses en création – avec élaboration de critères pour inscription dans ces archives et pourquoi pas la mise en ligne des mémoires.
Ajustement entre théorie et création.

La question de la langue se pose : on suggère de ne pas exclure les articles en anglais, et pour davantage de visibilité de proposer pour chaque article un abstract en anglais. Enfin, le squelette du site pourrait également faire l’objet d’une traduction en anglais.
Un tour de table permet aux membres présents de commencer à se positionner dans le projet et notamment de réfléchir à leurs possibles contributions relevant de leurs domaines de recherche.
Camille Joviado souligne que les enjeux méthodologiques très présents dans les travaux des doctorants et que l’articulation entre partie créative et partie réflexive dans les mémoires mériterait d’être observée.
Alexis Dusseaux s’intéresse à la place du regard réflexif dans le cadre recherche-création.
Rebecca Scalese pourra mettre à profit son travail de doctorante sur le développement d’outils narratologique en recherche-création.
Violaine HM se demande comment délimiter les centres d’intérêts que nous retenons dans le cadre de la veille sur les colloques et les manifestations :
Pouvons-nous nous arrêter sur les colloques sur le champ « recherche et création littéraire et/ou artistique » ?
Chantal Lapeyre donne l’exemple du colloque « Performer les savoirs » (Beaubourg 2018) qui semble être représentatif du type de manifestations à recenser
Sylvie Brodziak : Propose un questionnement sur la méthodologie du tutorat de mémoire de Master en écriture créative (questions de l’intime posant problème, question du corpus).
Corinne Blanchaud : suggère pour sa part d’explorer les processus de création => l’écrivain/ la génétique/ mettre en parallèle les processus de création sur lesquels on peut travailler /
Pourquoi ne pas étudier les correspondances entre participants d’un atelier d’écriture ?
Chantal Lapeyre : propose de réfléchir sur la réflexivité du travail créatif.
Quelles sont les formes de cette réflexivité : journal de bord ? correspondance ? etc.
Adèle Godeffroy propose de créer des outils sur réflexivité accessibles aux étudiants et adaptables à un grand type de sujets et (Corinne B) sortir de la relation duelle étudiant-enseignant.
Elle propose aussi de créer une évaluation diagnostique des étudiants en doctorat création
Pierre-Louis Fort : intéressé par le processus de création (autant dans ateliers que étudiants de Master)
Autre angle : comment l’oral va jouer sur l’écrit, peut faire réflexivité sur les écrits ?
Dans les écritures contemporaines, étudier la méta-réflexivité.
Sarah Delale : Au-delà des 3 onglets du site (Veille, cartographie, documenter la recherche créative, ...) est-il possible d’ouvrir une entrée plus pragmatique pour les enseignants et la direction de cours et recherche en écriture créative ?
AM Petitjean indique que cela correspond à l’onglet dépôt de mémoire/ avec fiches pratiques (dans l’onglet). Chantal Lapeyre propose de recentrer les enjeux car la constitution d’un outil de formation n’est pas l’enjeu direct de l’ECF.
Violaine Houdart-Merot propose également de toujours garder en tête les enjeux premiers de l’ECF que sont « Recherche Création ».
AM Petitjean évoque les travaux de Laboratoire Paragraphe (cognitivistes/
Paris 8). Manières dont on conditionne et ménage un environnement dans la perspective de devenir écrivain. De même la constitution d’une banque de données de textes créatifs, analysable en textométrie : pistes à envisager également.
Corinne Blanchaud : souhaite clarifier l’articulation didactique et création.
Selon Violaine Houdart-Merot : il n’existe pas de différence radicale entre un processus d’écriture d’étudiant et celui d’un écrivain, mais Corinne Blanchaud indique que le cadre institutionnel du mémoire d’étudiant n’est pas négligeable dans le processus de création. AM Petitjean ajoute que le cloisonnement ou non doit faire l’objet d’un questionnement d’ECF.
Violaine Houdart-Merot suggère d’ajouter une problématique de traductioncréation dans le cadre de ce projet.
Peggy Blin-Cordon propose de réfléchir aux questions du format dans la création littéraire.
Luisa Ballesteros Rosas indique un travail doctoral en lien, au sujet des écritures plurielles (part du visuel dans l’écriture). Liens également possibles avec ses travaux sur la réécriture de l’histoire (Am. latine), dont rôle de la tradition orale. + poèmes et romans perso.
Chantal Lapeyre suggère un volet plus axé sur la performance et l’art.
Peggy Pacini s’agrège aux axes centrés sur traduction et création, et performance et création.

A l’issue de ce tour de table, les entrées à définir sont les suivantes et seront problématisées :
- Processus – protocoles : Chantal Lapeyre et Corinne Blanchaud
- Formats (+performance) : Peggy Pacini – Peggy Blin-Cordon
- Réflexivité : Violaine Houdart-Merot (+ Pierre-Louis Fort ?)
- Traduction-création : Yannicke Chupin
- Dispositifs : Adèle Godeffroy et Sarah Delale
- Écritures plurielles : Luisa Ballesteros Rosas
- Définition de la recherche-création : AMarie Petitjean et Philippe Aspord

AM Petitjean propose que l’équipe se réunisse un jeudi de décembre (doodle à venir). Entre temps, elle créera un document collaboratif qui permettra aux personnes chargées d’entrées de proposer une problématisation en quelques lignes.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.